Biologie – Amphibiens, une introduction

Biologie – Amphibiens, une introduction

3 novembre 2022 Non Par Bricolage Plus

Comme son nom l’indique (du grec, amphibios, qui signifie « avoir une double vie »), les amphibiens sont adaptés pour se déplacer, se nourrir et respirer aussi bien sur terre que dans l’eau douce, bien que, dans la plupart des cas, ils ne se reproduisent que dans l’eau. Tous les amphibiens sont des vertébrés, c’est-à-dire qu’ils ont une colonne vertébrale et un crâne ; ils ont aussi quatre membres. Ils sont communément appelés « à sang froid », mais cela signifie que leur température varie avec celle de l’air ou de l’eau. Une grenouille dans l’eau chaude aurait du sang chaud en conséquence.

En Grande-Bretagne, il existe sept espèces d’amphibiens sous les rubriques de grenouilles, crapauds et tritons. En Europe continentale et ailleurs, il y a aussi des salamandres.

Les grenouilles et les crapauds n’ont pas de queue et leurs pattes postérieures sont beaucoup plus grandes que leurs pattes antérieures. Il s’agit d’une adaptation au saut et à la nage. Les tritons ont des queues et leurs membres sont de taille égale. Ils nagent en tortillant leur corps comme un poisson avec les membres détendus et traînants. Sur terre, ils utilisent leurs membres pour marcher ou ramper. Les grenouilles, en étendant leurs longues pattes postérieures, peuvent progresser sur terre en sautant, mais elles peuvent aussi ramper. Dans l’eau, les pattes postérieures poussent vers l’arrière contre l’eau, propulsant ainsi la grenouille vers l’avant. Les orteils palmés offrent une surface accrue pour pousser contre l’eau.

Les amphibiens adultes sont carnivores et mangent des vers, des limaces, des coléoptères, des mouches et d’autres insectes. Les grenouilles et les crapauds ont une longue langue collante, jointe à l’avant de la mâchoire inférieure. Il peut être lancé rapidement pour cueillir des insectes sur les feuilles ou même en vol.

Les amphibiens respirent à travers leur peau tout le temps, qu’ils soient sur terre ou dans l’eau. La peau est richement alimentée en capillaires sanguins. L’oxygène de l’air ou dissous dans l’eau se diffuse à travers la peau et dans le sang, pour être transporté dans toutes les parties du corps. Les grenouilles et les tritons ont une peau lisse et visqueuse. La peau des crapauds est verruqueuse et relativement sèche. De plus, les amphibiens ont des poumons qui entrent en service lorsque la demande en oxygène est plus élevée que d’habitude, par exemple après une activité. Les amphibiens n’ont ni côtes ni diaphragme. L’air est pompé à travers les narines et dans les poumons par les mouvements du plancher buccal. Des échanges gazeux ont également lieu à travers le revêtement de la cavité buccale très large.

Les grenouilles, les crapauds et les tritons passent les mois d’été sur terre, principalement dans une végétation humide où l’évaporation de l’eau de leur peau est minimale. En hiver, ils « hibernent » soit dans des trous creusés dans le sol, soit dans la boue au fond des étangs, mais au printemps, ils migrent vers un étang ou un lac d’eau douce pour pondre leurs œufs. La fécondation est externe mais, chez les grenouilles et les crapauds, il existe un comportement qui fait en sorte que le sperme est excrété au moment de la ponte. Dans l’eau, les mâles montent sur le dos des femelles en les saisissant fermement sous leurs pattes avant avec des coussinets spéciaux sur leurs pouces. Les mâles peuvent être transportés pendant des jours de cette manière, mais dès que les œufs commencent à être pondus, le mâle libère du sperme qui les féconde.

Les tritons ont une fécondation interne. Le mâle produit un spermatophore, un paquet de sperme, que la femelle prend dans son cloaque. Quelques jours plus tard, elle dépose les œufs fécondés un à un, attachés au potamot.

Chez les grenouilles et les crapauds, la fine couche de gelée autour des œufs gonfle au contact de l’eau pour produire les touffes familières de frai de grenouille ou de chapelets de frai de crapaud. Les œufs noirs et sphériques se développent rapidement et en quelques jours les têtards émergent pour se nourrir initialement des algues poussant sur le potamot. Au cours des quatre semaines suivantes environ, les têtards grossissent en développant une tête et une queue distinctes et en nageant vigoureusement. Au cours des sept dernières semaines, les têtards se métamorphosent en grenouilles. Leurs pattes grandissent, leur queue se raccourcit et leur régime alimentaire devient carnivore. Ils se rassemblent au bord de l’étang et après une averse de pluie, ils sautent ou rampent hors de l’étang dans la végétation humide. En 4 ans environ, ils atteignent leur pleine taille et sont capables de se reproduire.