Démence : Avantages de rechercher un diagnostic précoce

Démence : Avantages de rechercher un diagnostic précoce

10 novembre 2022 Non Par Bricolage Plus

Les premiers symptômes de la démence ressemblent beaucoup à ce que la plupart des gens considèrent comme une partie normale du « vieillissement ». Ceux-ci incluent des symptômes tels que la perte de mémoire, la confusion, la désorientation, l’incapacité à faire des activités normales, le retrait, l’agitation et la frustration. De nombreux patients confrontés à de tels problèmes ne consultent pas de médecin, pensant : « Cela doit être normal à mon âge. J’aurai l’air stupide si je consulte un médecin avec ces problèmes.

D’autre part, lorsque les personnes qui connaissent la démence éprouvent de tels symptômes, elles soupçonnent (ou craignent) d’être atteintes de démence. Cependant, ils hésitent à consulter un médecin en raison de la stigmatisation liée au diagnostic de démence. Dans certaines cultures, les gens peuvent associer la « démence » à un comportement étrange, à l’impuissance et à la négativité, et ils ne veulent pas être étiquetés comme des patients atteints de démence. Dans d’autres cultures, où la sensibilisation à la démence est faible, le diagnostic de démence est stigmatisé parce que les gens associent la démence à la folie. Les gens hésitent également à obtenir un diagnostic parce qu’ils ont entendu dire que la démence est incurable, ils ne voient donc aucun intérêt à « perdre » du temps et de l’argent en allant chez un médecin.

Il y a cependant plusieurs avantages à consulter un médecin pour des investigations et un diagnostic dès que les symptômes sont constatés. Ces avantages sont décrits ci-dessous.

Toutes les pertes de mémoire ne sont pas de la démence

Il existe plusieurs types de pertes de mémoire. De plus, tout le monde oublie des choses de temps en temps. Certains problèmes de mémoire sont typiques du vieillissement, tandis que d’autres pourraient indiquer une condition médicale sous-jacente grave. Souvent, les aînés s’inquiètent de leur oubli et cette inquiétude et ce stress les rendent plus inattentifs et augmentent leur oubli.

En parlant à un médecin, les personnes confrontées à la perte de mémoire peuvent obtenir une évaluation appropriée de leur problème, de ses causes possibles et de son traitement. Les médecins peuvent déterminer si le problème de mémoire du patient indique un déclin cognitif, et si ce déclin est léger (appelé trouble cognitif léger) ou s’il a franchi le seuil au-delà duquel il indique un diagnostic de démence. En outre, certaines causes de perte de mémoire peuvent être traitées.

Parfois, la dépression est confondue avec la démence

La dépression peut réduire la capacité d’attention et causer des problèmes de mémoire. Les profanes ne peuvent pas distinguer si leur perte de mémoire et leur confusion sont causées par la démence ou par la dépression. La dépression répond bien au traitement et les symptômes peuvent s’inverser. Obtenir un diagnostic en temps opportun est donc utile.

Les symptômes de la démence sont également causés par des problèmes traitables comme la carence en vitamine B12, l’hypothyroïdie, etc.

De nombreuses personnes pensent que les symptômes de la démence sont causés uniquement par des problèmes médicaux incurables (comme la maladie d’Alzheimer). En réalité, il existe plus de soixante-dix causes de symptômes de démence. Certains d’entre eux, comme la carence en vitamine B12 ou l’hypothyroïdie, peuvent être traités, et un tel traitement inversera les symptômes de la démence.

Un bon diagnostic détecte les causes réversibles qui peuvent ensuite être corrigées. Si un patient ne va pas chez le médecin, il continue de souffrir inutilement.

Savoir que nous avons une déficience cognitive légère affecte nos choix de vie

Les personnes atteintes de troubles cognitifs légers (MCI) peuvent ou non développer une démence, mais la probabilité de développer une démence est plus élevée que celle des personnes sans MCI.

Si un médecin, en vérifiant un patient, conclut que le patient a un MCI, cela a un impact sur les décisions que le patient peut prendre. Par exemple, bien qu’il n’existe aucun moyen connu de prévenir la démence, la recherche suggère que des choix de vie sains réduisent le risque. Le patient peut donc décider d’être plus attentif au régime alimentaire, à l’exercice et à d’autres choix de vie. Par exemple, une personne peut commencer un programme d’exercices, devenir socialement active et arrêter de fumer.

Savoir qu’il est atteint d’un MCI peut également affecter les décisions que la personne prend concernant son avenir.

Un diagnostic précoce signifie que le traitement peut commencer plus tôt et que des années de souffrance peuvent réduire

À l’heure actuelle, les démences comme la maladie d’Alzheimer sont irréversibles, mais certains médicaments visent à améliorer la qualité de vie du patient en réduisant les symptômes.

Bien que ces médicaments ne fonctionnent pas pour tout le monde, un patient qui reçoit un diagnostic précoce peut essayer le médicament plus tôt et peut ressentir un certain soulagement des symptômes et ainsi mener une vie meilleure.

Un diagnostic précoce laisse plus de temps au patient pour planifier sa démence

Dans un diagnostic précoce, le patient est encore suffisamment alerte mentalement pour comprendre la maladie et ses impacts possibles. Même s’il faut du temps pour accepter le diagnostic, le patient a la capacité mentale de comprendre l’impact de la démence et de commencer à se préparer pour les années à venir.

Un diagnostic précoce permet aux patients de discuter de leurs souhaits avec leurs proches, d’organiser leurs finances, de conclure des projets et, de manière générale, de planifier leur avenir. Les patients peuvent également parler à des amis et à des proches, expliquer la situation et demander de l’aide. Savoir que leurs problèmes sont causés par un trouble cérébral organique réduit leur perplexité et leur inquiétude, et leur permet de se concentrer sur ce qu’ils peuvent encore faire et d’orienter leur vie pour tirer le meilleur parti de ce qu’ils ont. Ils peuvent demander conseil et en savoir plus sur leur état.

Dans le cas d’un diagnostic à un stade intermédiaire ou avancé, le patient est susceptible de trouver le diagnostic plus accablant, et ne peut pas le croire ou le comprendre, et encore moins planifier pour l’avenir.

Un diagnostic précoce donne à la famille et aux amis plus de temps pour planifier les soins

Une personne atteinte de démence a besoin de soins, et ces soins augmentent à mesure que la démence s’aggrave. Les aidants familiaux doivent adapter leur vie en conséquence; les ajustements pourraient inclure le changement d’emploi, le déménagement, l’organisation des finances, la discussion de la répartition du travail et des responsabilités entre les membres de la famille, etc. Les membres de la famille ont également plus de temps pour comprendre la démence et acquérir les compétences nécessaires en matière de soins, rejoindre des groupes de soutien, obtenir des conseils, etc. Plus le diagnostic est précoce, plus il est facile pour eux de soutenir la personne atteinte de démence.

Un diagnostic tardif signifie plus de souffrance pour le patient et sa famille

Un diagnostic tardif signifie que pendant de nombreuses années, la personne atteinte de démence a fait face à la confusion et à une capacité réduite sans savoir pourquoi les problèmes se produisent. C’est stressant et énervant, et le stress aggrave les symptômes. Si le problème est traitable, toute cette souffrance aurait pu être évitée.

Un diagnostic tardif signifie également que la famille, les amis et les collègues qui interagissent avec les patients ont traité le patient comme une personne ayant une mémoire et des capacités normales. Ils n’ont pas tenu compte de la perte de mémoire, de la capacité réduite et de la confusion. Pour cette raison, ils ont (sans le vouloir) stressé les patients en s’attendant à ce qu’ils comprennent et se souviennent des choses, et qu’ils prennent des décisions complexes. Les membres de la famille peuvent avoir manifesté de l’impatience lorsque le patient a oublié des choses, s’est montré maladroit ou s’est comporté de manière étrange. La frustration, la rage ou le retrait du patient peuvent bouleverser les membres de la famille qui ne comprennent pas que cela est causé par la démence.

Parce que les membres de la famille ne sont pas au courant de la démence, ils ne prennent aucune mesure pour empêcher le patient de s’automutiler ou de faire du mal aux autres. Par exemple, le patient peut continuer à conduire même si cela n’est pas conseillé, ou peut errer, ou peut laisser l’équipement et les gadgets de cuisine sans surveillance ou ne pas être assez vigilant s’il lui est demandé de garder un bébé.

En conclusion, une personne qui éprouve des symptômes de perte de mémoire ou de fonctionnement qui entrave la vie normale doit consulter un professionnel de la santé pour déterminer la cause et la gravité. De plus, les membres de la famille avertis doivent s’assurer qu’un examen est effectué. Peut-être que les symptômes sont causés par un problème qui peut être traité. Peut-être que les symptômes ne sont pas la démence. Et même si les symptômes sont causés par une démence irréversible, un diagnostic précoce permet de commencer un traitement pour atténuer les symptômes, et donne également au patient et à sa famille plus de temps pour planifier l’avenir.